L'histoire | Parti pris | L'auteur | Presse | Photos | Vidéos

En termes d’esthétique et de mise en espace, nous nous inspirons du bunraku. Le Bunraku est un type de théâtre japonais datant du XVIIe siècle où les personnages sont représentés par des marionnettes de grande taille, manipulées à vue. Traditionnellement, le Bunraku était appelé le ningyô jôruri, ce qui signifie marionnettes et déclamation. Nous adaptons cependant notre mise en scène aux conditions de représentations occidentales en modifiant certains codes du Bunraku. Effectivement dans la forme traditionnelle du Bunraku, tous les personnages sont interprétés par des marionnettes dont les voix sont interprétées par le même acteur.



Dans Fando et Lis tous les personnages, à l’exception de Lis seront interprétés par des comédiens. Seule Lis, sera représentée par une marionnette dont la voix sera interprétée en direct. Comme dans le Bunraku traditionnel, la comédienne et le musicien forment un couple qui travaille en harmonie. Le musicien joue de la guitare électrique. Ils sont tous deux à vue, les spectateurs ayant le loisir de faire des allers-retours entre la marionnette et l’expression du visage de la comédienne.

Ce parti pris a pour objectif de mettre en exergue le danger d’une relation de dépendance amoureuse. Lis n’existe plus qu’à travers le touché de Fando qui lui insuffle la vie comme la mort. Il arrive cependant que cette relation s’inverse.

Ce medium nous permet aussi de transposer le thème de la violence conjugale. La brutalité de Fando envers Lis trouve ainsi une dimension poétique tout en conservant le poids de sa force. Nous souhaitons que la dimension brechtienne de cette mise en scène permette aux spectateurs d’apprécier la dimension universelle de l’histoire qui leur est contée.